Les destinations d’Histoire de Rêver pour cet été !

Chaque année, c’est le même combat : quelle destination choisir pour partir entre amis cet été ?

En plus de prendre en compte les envies et motivations de chacun, un des points primordiaux qui est abordé dans 99,99 % des groupes d’amis : le fameux budget ! Il comprend le transport, l’hébergement, les activités et la nourriture, mais aussi (et surtout) les soirées !

On a décidé de vous donner un coup de pouce afin de vous aider pour choisir une destination où le prix n’empêche en rien de s’amuser et de vous lancer dans des projets de vacances bien mérités !

Voici nos trois coups de cœur chez HISTOIRE DE RÊVER :

1 – LA CLASSIQUE : BARCELONE

Barcelone, pour des vacances d’été, c’est un secret pour personne. Un mélange parfait entre la grande ville festive, le soleil et la plage. Barcelone offre des séjours inoubliables pour tous les budgets. Cependant, on peut vite être perdue dans une multitude d’offres qui se ressemblent mais qui ne se valent pas toutes.

Alors comment choisir ?

Il existe des hôtels qui sont spécialisés dans l’accueil de groupes étudiants, aussi bien au niveau du prix qu’au niveau de l’emplacement, toujours proche des endroits qui bougent dans Barcelone afin de vous permettre de faire le maximum d’activités à pieds.

C’est pour cela qu’Histoire de Rêver est partenaire avec une grande partie de ses hébergements pour vous permettre d’avoir les meilleurs prix même pendant l’été !

N’hésitez pas à nous demander, on se fera un plaisir de vous aider 🙂

2 – LA PEPITE : BELGRADE

On y pense peu ou presque jamais dans nos recherches de vacances mais Belgrade est une ville qui vaut le détour ! Entre ses soirées monumentales sur des péniches le long du Danube, son histoire et ses prix attractifs, Belgrade est incroyable pour tous les étudiants français.

Belgrade est une destination proche de la France et peine encore à voir son nombre de touristes décollé, ce qui lui permet de garder des prix raisonnables notamment au niveau des billets d’avion et du coût de la vie.

Certains la comparent à Berlin, d’autres à Barcelone. Ce qui est sur, c’est qu’elle est bien la capitale de la fête des Balkans.

Alors convaincu de tester la « capitale qui ne dort jamais » ? 🙂

3 – L’INATENDU : RIGA

C’est notre bonne découverte de l’année ! Toute l’équipe d’Histoire de Rêver est conquise par cette ville, capitale de la Lettonie. Au-delà de son architecture et de sa vieille ville, Riga possède un bon nombre de clubs et bars pour toutes les personnalités de votre groupe !

L’avantage qui existe pour une ville de cette taille (environ 180 000 habitants), c’est la concentration de la vie nocturne, qui permet de pouvoir d’avoir le luxe de faire plusieurs endroits, avec des ambiances différentes, tout en restant dans le même quartier. Le petit plus pendant l’été, c’est que le climat est idéal (environ 20 degrés l’été), ce qui permet d’être à l’aise et de ne pas être asphyxié par une chaleur écrasante, même après avoir dansé toute la nuit 🙂

On vous conseille vivement de tenter l’expérience avec nous !

sascha-israel-607780-unsplash

Le règne de la licorne

Le consortium Unicode est une association à but non lucratif, qui a pour objectif ambitieux de remplacer les codages de caractères existants voire d’en créer de nouveaux. Rien que ça ! Elle répertorie aujourd’hui plus de 1 900 émoticônes… La promotion 2017 peut être considérée comme un grand cru avec ses 69 nouveaux arrivants parmi lesquels le zombie occupe une place de choix ! Il faut donc croire qu’il est représentatif d’un état d’esprit d’une majorité de la population… Car l’idée est bien en effet de remplacer les mots par ces petites figures censées exprimer toute la complexité de nos humeurs.

La technique n’est jamais neutre

Nées du japonais e-moji (le mot-image), elles nous épargnent la pénible de tâche de choisir les mots appropriés, inhibant ainsi notre capacité de réflexion propre à l’espèce humaine. Plus la peine d’envoyer un message de félicitation ou de compassion, d’exprimer notre désaccord ou d’entrer dans le débat ; nous n’avons qu’à appuyer sur un pouce, un cœur, une tête qui pleure ou qui grogne. C’est tellement plus simple !

Serait-ce un hasard si l’émoticône de la licorne, cet animal, (qui plus est, imaginaire) a tant de succès ?

La place acquise par les émoticônes en quelques années est impressionnante ! Tant est si bien que nous n’envisageons même plus de ponctuer nos phrases par autre chose qu’une petite tête jaune, une part de pizza ou un singe qui se cache les yeux. Après avoir rapidement détruit la ponctuation, ces dernières sonnent désormais le glas des mots. Lequel d’entre nous ne s’est pas retrouvé perplexe en lisant un texto vide de toute émoticône ? Comment l’interpréter ? L’autre est-il en colère ? Vexé ? Quel message caché veut il me faire passer ? La panique nous gagne, nous ne savons pas ce que nous avons à nous reprocher, nous accusons le coup, peut-être nous vexons nous à notre tour de ce cruel manque d’empathie de la part de notre interlocuteur…

Heureusement pas de panique, la solution existe ! Et elle s’appelle Swiftkey. Ce petit programme veille expressément à gommer les erreurs de syntaxes ou d’orthographe en remplaçant le mot par une émoticône au moment même où vous le saisissez ! Il est capable de prédire votre style littéraire, en y incluant les petites figures. Sympa non ? Nous étions encore libres de choisir la poule, le pouce ou le ballon de foot ; désormais ils sont directement insérés dans le texte, sans même qu’on ne nous demande notre avis. Ainsi, disparaissent aisément la raison, la réflexion, la nuance, la précision, la différence, et même l’imagination ! A moins que cette fameuse licorne n’en soit en fait l’allégorie ?

Ouf ! Nous sommes sauvés…

Le tout c’était d’anticiper…

On vous l’avait bien dit pourtant, il n’est jamais trop tôt pour élargir son réseau ! Et nous c’est ce qu’on a décidé de faire… avec vous !

A l’occasion de la deuxième soirée de Networking de l’Ultimate 5 Students, jeudi 1er février, on est allés planter notre stand à la Salle Mas durant toute la soirée. Et ce qu’on peut vous dire, c’est qu’on a kiffé !!

Le tournois de foot des écoles parisiennes

Lancé fin Novembre, l’Ultimate 5 Students, c’est une compétition de foot à 5 entre les écoles parisiennes. Organisées en 4 poules, les 40 écoles participantes s’affrontent chaque semaine dans des matchs endiablés, jusqu’au 31 Mars. Avec des équipes d’une vingtaine de joueurs, ce sont des écoles telles qu’Ascencia, Audencia, EBS, EM Normandie, Epitech, ESG, Essec, IDRAC, Ifag, ISC, Sup de Pub et bien d’autres, qui se challengent depuis quelques mois. Mais ce n’est pas seulement l’aspect sportif qui intéresse les joueurs, c’est également celui du networking qui les motive. En effet, l’agence Unkonito créateur du projet (dont c’est déjà la deuxième édition cette année), organise en parallèle, des soirées de networking une fois par mois. L’objectif est simple : permettre aux étudiants de rencontrer les entreprises partenaires de la compétition, d’élargir leur réseau, et éventuellement de trouver un stage, une alternance ou un contrat d’embauche.

C’est ainsi que les joueurs troquent le maillot pour la cravate et abandonnent leurs rivalités le temps d’une soirée, pour trinquer tous ensemble.

#Networkingparty

Ce mois-ci, ce sont des entreprises telles que Leroy Merlin, Vinci, MeilleursAgents, Bouygues Construction, et bien d’autres, que les étudiants ont eu l’opportunité de rencontrer. Le flux des entretiens entre les acteurs des sociétés et les étudiants, ne s’est pas arrêté une seconde et il fallait donc s’armer de patience pour pouvoir faire le tour de tous les stands.

Et vous avez été les plus nombreux à passer nous voir sur le corner d’Histoire de Rêver ! Les statistiques de notre grand jeu concours sont sans appel : vous avez tous rempli le questionnaire durant la soirée ! Un grand merci à vous, bonne chance pour le tirage au sort, et on se retrouve à la prochaine soirée avec de nouvelles surprises…

Cultivez votre oisiveté

L’oisiveté, cet état d’une personne qui vit sans travailler et sans avoir d’occupation permanente, est plus que jamais décrié dans notre société qui prône la suractivité incessante. Pourtant, cette oisiveté est indispensable pour votre cerveau… Et oui, elle n’est pas juste un plaisir ou un vice, elle est également l’élément indispensable à vos cellule grises pour leur permettre de se recharger en énergie afin de mieux performer ensuite. C’est dans cette optique que vous allez pouvoir mieux organiser votre temps de travail.

« Deep work »

A l’heure des mails intempestifs, des réseaux sociaux, et des distractions omniprésentes, Cal Newport défend une méthode originale pour retrouver une concentration absolue dans ton travail, le « Deep work » (ou « travail en profondeur »). C’est en observant la nouvelle génération, sans cesse dérangée dans ses tâches par des désirs tels que manger, dormir, faire un tour sur Facebook, retwitter le plus rapidement possible, scroller son Instagram ou encore prendre un selfie pour alimenter son Snapchat, que le professeur a instauré une méthode unique permettant de retrouver la concentration et ainsi le pouvoir d’imaginer, d’innover et de créer.

Son concept ? En étant isolé, le cerveau humain peut faire des merveilles !

Dans son ouvrage Deep work : Rules for focused success in a distracted world, Cal Newport indique que « L’utilisation d’un service source de distraction ne diminue pas en soi la capacité de votre cerveau à se concentrer. C’est plutôt le fait de passer en permanence, au moindre signe d’ennui ou de difficulté cognitive, d’activités à forte valeur ajoutée avec peu de stimuli à des activités à faible valeur ajoutée avec beaucoup de stimuli qui apprend à votre esprit à ne jamais tolérer l’absence de nouveauté. Cette bascule constante affaiblit les muscles mentaux responsables d’organiser les nombreuses sources rivalisant pour accaparer votre attention. En isolant l’utilisation d’Internet (et donc en isolant les distractions), vous réduisez au minimum le nombre de fois où vous cédez à la distraction. Et, ce faisant, vous renforcez les muscles chargés de sélectionner ce qui doit retenir votre attention.

Vous avez du mal à rester concentré en cours ? Vos partiels ne se sont pas si bien passé que ça ? On vous donne les clefs de cette nouvelle méthode pour tout casser au prochain semestre !

Première solution (et non des moindres ! ) : inspirez-vous des monastères

Un peu radicale, mais c’est sans aucun doute la plus efficace, l’alternative proposée par Cal consiste à éliminer ou réduire drastiquement toutes les tâches superficielles de votre journée pendant une longue période (plusieurs moi, saisons ou trimestres). C’est dur au début, mais vous verrez, vous allez vous y faire 😉

Deuxième solution : les deux valeurs dominantes

Si vous êtes vraiment accro, et que la première solution n’est même pas envisageable pour vous, pas de panique, vous pouvez quand même appliquer la méthode « deep work ». Sans éliminer intégralement toutes les tâches superficielles, cette solution consiste à séparer votre journée entre les moments de travail profond et les moments d’oisiveté. Ainsi, c’est à vous d’établir des plages horaires dans votre journée où vous vous consacrerez uniquement à l’effort en question sans penser à autre chose, et des plages horaires consacrées à la mondanité des réseaux sociaux, vous permettant de vous plonger totalement dans vos tweets.

Troisième solution : du rythme !

Ici on parle d’imposer une discipline vous permettant de ne jamais manquer une séance de Deep Work. De la même manière que vous avez instauré dans votre vie des séances de crossfit hebdomadaires, vous pouvez également instaurer des séances de travail profond ! Par exemple, en vous levant tous les jours 2h plus tôt, pour travailler dans un état de concentration absolue. Le reste de la journée pourra ainsi être consacrée aux tâches plus superficielles, et en plus, sans culpabiliser !

Quatrième solution : la méthode des journalistes

Pour cette dernière méthode, il vous faudra déjà un peu de pratique, car celle-ci requiert une importante capacité à segmenter son cerveau. A la manière des journalistes, qui doivent être capables de se concentrer très rapidement pour écrire un article de dernière minute, vous devez être capable, à n’importe quel moment de la journée, de plonger votre matière grise dans un état de concentration absolue. Il faut donc que vous puissiez activer et désactiver votre mode « deep work » sans problème et de manière immédiate. Mais en effet, cela demande un peu d’entrainement 😉

Faîtes comme J.K Rowling

Et si jamais vous n’y arrivez toujours pas, on a une dernière solution pour vous : la méthode Harry Potter.

Au moment d’écrire le dernier volet de sa saga, l’auteure s’est retrouvée face à l’angoisse de la page blanche. Impossible de trouver une fin à son ouvrage ! Ni une ni deux, Rowling part réserver une chambre dans un luxueux hôtel d’Edimbourg, et s’y enferme. Elle a ainsi opéré un changement radical d’environnement pour faire pression sur son cerveau ! C’est ce qu’on appelle la méthode des grands signes. Comprenant que la tâche à accomplir avait un niveau d’importance élevé, le cerveau de l’auteur s’est remis en action, et celle-ci a ainsi pu écrire le dernier tome de son œuvre.

Désormais, plus d’excuse pour nous dire que vous n’arrivez pas à réviser vos partiels !! 😉

 

 

Tout ce qu’on ne vous dira pas…

A l’heure des dernières coupes de champagne, des interminables galettes des rois chez Mamy et des files d’attente monstrueuses aux caisses des magasins pratiquant des soldes, on voulait vous proposer un petit tour d’horizon de ce qui va changer en 2018.

Mais comme vous avez l’air débordés par vos partiels, on ne va pas le faire.

Du coup on ne vous dira pas que 2 500 français vont rejoindre en 2018, la cause de Zero Waste France et promettre de ne rien acheter de neuf durant toute l’année pour lutter contre le gaspillage. On ne vous dira pas non plus que l’Ultra violet devient LA couleur Pantone à la mode cette année pour enjoliver la mode, la déco et même votre cuisine.  On ne va pas non plus vous dire qu’après Sully, Clint Eastwood sort un nouveau film retraçant les évènements du 21 août 2015 à bord du train Thalys, mettant ainsi en lumière le courage des 3 américains qui ont permis d’éviter une attaque terroriste. On ne va pas non plus vous raconter la petite anecdote qui dit que le réalisateur a invité les trois véritables protagonistes à jouer leurs vrais rôles dans le film !

On a décidé de ne pas vous balancer le super bon plan Brussel Beer Project qui va ouvrir un bar à Paris… rue de Bruxelles ! En 2018 vous ne saurez pas que huit institutions parisiennes vont s’associer pour célébrer les 50 ans de mai 68 ; ni que Big Mamma s’installe à la Station F (les veinards !!) ; ou encore qu’un Apple Store va s’ouvrir sur les Champs Elysées.

Comme on ne veut pas vous empêcher de réviser, on ne va pas vous balancer que désormais 11 vaccins sont obligatoires au lieu de 3 ; qu’un nouveau film dérivé de l’univers de Star Wars va sortir (mais sans Harrison Ford… !!!) ; que pour lutter contre l’obésité infantile, les publicités vont être interdites pendant la diffusions des programmes destinés aux moins de 12 ans ; que les paquets de clopes vont prendre +1,10€ en Mars (le paquet à 10€ c’était pas une blague en fait…) ; que les villes peuvent désormais fixer elles-mêmes les tarifs du stationnement (et des amendes !) ; que le nouveau Smic horaire sera de 9,88€/heure ; ni que la Corse est désormais unifiée en une collectivité unique.

Ce n’est pas la peine de demander, on ne vous dira pas que le prix du carburant va augmenter (comme chaque année non ? ) ; que désormais à l’examen du permis de conduire on va vous demander des notions de premier secours ; que les prix des timbres vont décoller ; que les locations de meublés sur Airbnb vont être limitées à 120 jours par an dans le centre de Paris ; que la sécu étudiante va être supprimée  ; ou que les abattoirs sont maintenant obligés d’installer des caméras dans tous les lieux d’acheminement, d’hébergement, et d’abattage des animaux.

Même si vous nous demandiez des bonnes nouvelles, on ne balancerait pas que l’indemnité de stage passe de 554,4€ à 577,5€ après deux mois consécutifs de stage (ne vous emballez pas non plus !) ; que des nouveaux Vélib ultra stylés débarquent dans la capitale ; que la bourse Erasmus + sera plus élevée de 20 à 70€ par mois par rapport aux montants actuels, en fonction des destinations ; ou encore que les cotons tiges sont maintenant interdits à la vente (euh c’est une bonne nouvelle ça ?)…

Quoi de neuf en 2018

C’est vrai après tout on ne voit pas pourquoi on vous dirait tout ça !

Madame Amsterdam

Artiste bohème le jour, et noctambule euphorique la nuit, la mystérieuse Amsterdam s’est révélée le week-end dernier, à la joyeuse troupe d’étudiants de la Sport Management School embarquée par son BDE fraîchement élu, pour une folle virée hollandaise.

En sortant de cours vendredi soir, pour se ruer vers le bus qui patientait au pied de l’école, le groupe ne s’attendait pas à partir pour un city trip si exaltant. Et c’est en arrivant de nuit, dans une ville aussi bien sulfureuse que poétique, que les étudiants ont touché du doigt leur rêve d’évasion. Celui-là même qui allait durer 48 heures.

La vagabonde

Revigorés par une nuit réparatrice et un brunch à volonté, nos chers éléphants ont pu s’attaquer à la fantaisiste Amsterdam pour la journée. Entre les maisons inclinées, l’incessant défilé des vélos ou encore les canaux enchanteurs, il y avait de quoi faire tourner la tête. C’est ainsi qu’ils se sont perdu à flâner dans Kalvestraat street, avant de se retrouver au Vondelpark pour rejoindre la place du Dam. Le froid polaire qui régnait sur la ville, a bien vite été oublié dans les cafés typiques où découvertes culturelles et culinaires ont animé la fin de journée.

photo-1447877980755-c3c642760061

La frivole

La nuit tombée, c’est l’autre facette de la capitale que les étudiants ont pu s’approprier. C’est en flânant dans l’atmosphère volage des ruelles, qu’ils ont pu découvrir les milles et unes occasions différentes de profiter de la soirée. Outre sa beauté qui se révèle de nuit, elle est également la ville qui ne dort jamais ! Ils ont ainsi pu profiter, entre autres, des bars partenaires d’Histoire de Rêver. Se laissant embarquer dans le tourbillon festif du pays, se saisissant de la culture hollandaise, et se laissant porter par l’insouciance de leur jeunesse, cette seconde soirée à Amsterdam fût pour tous, mémorable.

La charmante

Logés par Histoire de Rêver en plein cœur du centre-ville historique, ils n’ont pas perdu de temps en ce dimanche matin, pour pouvoir profiter de leurs derniers instants sur place et s’imprégner une nouvelle fois des charmes de la capitale. La tempête de neige qui s’est abattue sur elle, n’a en rien découragé nos valeureux étudiants, ne la rendant que plus belle encore avant leur départ.

photo-1512470876302-972faa2aa9a4

Le retour sur une autoroute gelée, pris dans la tempête Ana, leur a permit de prolonger un court instant le rêve auquel ils avaient pris part. Meziane, chauffeur enthousiaste et pilote de l’extrême à ses heures perdues, affronta la route avec professionnalisme, et déposa sans encombre la petite troupe à bon port. C’est ainsi que prit fin la parenthèse enchantée d’un City trip inoubliable pour la bande des éléphants.

A votre tour de vous laisser tenter par la ravissante Amsterdam…

Règlement du Jeu Concours

ARTICLE 1 – ORGANISATION DU JEU

Histoire de Rêver (ci-après la « société organisatrice ») immatriculée au registre du commerce et des société sous le numéro : 82539068500014 dont le siège social est situé au 105 bis Grande Rue, 92380 Garches, organise du 8 décembre 2017 au 31 Mars 2018 un jeu gratuit sans obligation d’achat intitulé : « LE JEU CONCOURS PAR HISTOIRE DE REVER » (ci-après dénommé « le Jeu »), selon les modalités décrites dans le présent règlement.

Cette opération n’est ni organisée, ni parrainée par Facebook, Google, Apple ou Microsoft.

ARTICLE 2 – CONDITIONS DE PARTICIPATION

Ce jeu gratuit est ouvert à toute personne physique âgée de plus de 18 ans, disposant d’un accès à internet ainsi que d’une adresse électronique valide, et résidant dans les pays suivants: France, à l’exception des personnels de la société organisatrice et de leurs familles, ainsi que de toutes personnes ayant participé à l’élaboration du jeu.

Le jeu est soumis à la réglementation de la loi française applicable aux jeux et concours.

Le seul fait de participer à ce jeu implique l’acceptation pure et simple, sans réserve, du présent règlement.

ARTICLE 3 – MODALITÉS DE PARTICIPATION

Ce jeu se déroule sur la plate-forme google.com, aux dates indiquées dans l’article 1. Il est également possible de participer en répondant physiquement au questionnaire proposé par Histoire de Rêver via une tablette tactile, lors des évènements auxquels la société organisatrice participe. La participation au jeu s’effectue en remplissant le questionnaire proposé via Google.com, ainsi qu’en apposant un Like sur la page Facebook : https://www.facebook.com/Histoirederever.event/

Il n’est autorisé qu’une seule participation par personne -même nom, même prénom, même adresse électronique, même date de naissance, même numéro de téléphone, pendant toute la période du jeu.

Le jeu étant accessible sur la plate-forme Facebook, en aucun cas Facebook ne sera tenu responsable en cas de litige lié au Jeu. Facebook n’est ni organisateur ni parrain de l’opération.

ARTICLE 4 – DÉSIGNATION DES GAGNANTS

Cinq gagnant(s) sera(ont) tiré(s) au sort dans les 15 jours suivant la fin du jeu.

Le(s) gagnant(s) recevra(ont) sera(ont) contacté(s) dans les 15 jours suivant le tirage au sort, lui (leur) confirmant la nature du lot gagné et les modalités pour en bénéficier. Tout gagnant ne donnant pas de réponse dans un délai de 7 jours à compter de l’envoi d’avis de son gain sera réputé renoncer à celui-ci et le lot sera attribué à un nouveau gagnant.

ARTICLE 5 – DOTATION

Le jeu est doté du (des) lot(s) suivant(s), attribué(s) chronologiquement au(x) participant(s) valide(s) tiré(s) au sort et déclaré(s) gagnant(s). Chaque gagnant remporte un seul lot.

Liste des lots :

  • Un week-end pour deux personnes à Barcelone, comprenant le moyen de transport AR depuis Paris ainsi que l’hébergement sur place 1 nuit ; organisé par la société Histoire de Rêver
  • Un vol en Hélicoptère d’1h30, comprenant 25 minutes de vol, organisé par la société Helipass
  • Une session de conduite en voiture GT, organisée par la société Smartbox
  • Deux paires de chaussures d’intérieur, offertes par la société Nénufar

 

La société organisatrice se réserve le droit de procéder à la vérification de l’âge de tout gagnant avant remise de son lot. Les dotations ne pourront en aucun cas être échangées contre leur valeur en espèces ou contre toute autre dotation. La société organisatrice ne saurait être tenue pour responsable de l’utilisation ou de la non utilisation, voire du négoce, des lots par les gagnants. En cas de force majeure, la société organisatrice se réserve le droit de remplacer le lot gagné par un lot de nature et de valeur équivalente.

ARTICLE 6 – IDENTIFICATION DES GAGNANTS ET ÉLIMINATION DE LA PARTICIPATION

Les participants autorisent la vérification de leur identité. Le non respect du présent règlement ainsi que toute fraude ou tentative de tricherie, quelles que soient ses modalités, entraînera l’élimination pure et simple de la participation de son auteur.

ARTICLE 7 – DÉPÔT DU REGLEMENT

Les participants à ce jeu acceptent l’intégralité du présent règlement . Il peut être obtenu sur simple demande à l’adresse de la société organisatrice, spécifiée à l’article 1, pendant toute la durée du jeu.

Devenez Bourguignons

Il y a des voyages qui marquent la jeunesse, il y a des voyages qui changent une vie, il y a des voyages qui font retomber en enfance… et puis il y a la Bourgogne. Cette terre ancestrale qui fait scintiller les grappes les plus renommées, suspendues aux plus précieux ceps du pays. C’est dans cette région gorgée de soleil, qu’Histoire de Rêver a propulsé Marc et son équipe le week-end dernier, vers un voyage unique, sur la route des grands crus !

 

80 ans et toutes ses dents

C’est en 1937, après délibération du conseil général de la côte d’or, que cette route foulée par tant de pieds, obtient son statut de « route des grands crus de Bourgogne ». Et c’est en 2015 que celle-ci est définitivement inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Il n’y a donc plus aucune raison de continuer à voyager, sans avoir commencé par faire la route des vins bourguignons. Marc l’a bien compris, et c’est ainsi qu’il a pris la poudre d’escampette le temps d’un week-end pour se jeter à l’assaut des plus grands domaines de la région.

bourgogne

 

Affaire d’initiés

Chaque appellation traversée propose une dégustation chez tel ou tel producteur. C’est par le Château de Meursault, dont les premières pierres ont été posées au XIIème siècle, que la bande d’épicuriens a commencé son périple. Couvrant plus de 60 hectares, le vignoble se réparti sur plus de 100 parcelles. Le sol riche en calcaire sur lequel évoluent ces vignes donnent aux vins de ce domaine, toute leur saveur et leur authenticité. C’est avec passion que ces derniers furent présentés à la petite équipe, dans une cave privatisée pour l’occasion.

L’évasion s’est ensuite poursuivie dans les caves Patriarche où une fois encore c’est une dizaine de grands vins qui ont été présentés à nos jeunes amateurs. Depuis 1780, la légende s’écrie entre ces murs, dont l’audace en a fait l’une des plus importantes maisons de Bourgogne.

caves patriarche

 

Reste pour eux, à découvrir Beaune, le temps d’une soirée. La capitale du vin a su les accueillir comme il doit ! Puis la nuit en gîte privatisé au cœur de vignes, a permit à la joyeuse troupe de reprendre des forces pour continuer à grimper les pentes des vignobles voisins, le lendemain.

Ainsi, conciliant la découverte de subtils breuvages, de paysages charmeurs, de villages riches d’Histoire, et de vignerons fiers de leur patrimoine, cette route qui ne cesse de se bonifier avec le temps, a su une nouvelle fois, enchanter ceux qui l’ont foulée.

A votre santé !

Ça y est le troisième jeudi du mois de Novembre est arrivé, et avec lui son fameux Beaujolais ! Ce petit vin primeur dont la renomée n’est plus à discuter, a fait son entrée dans les bars et restaurants de l’hexagone le 15 à minuit. C’est en effet une loi de 1985 qui a fixé les dates officielles de sa commercialisation au troisième jeudi du mois de Novembre. Depuis, le Japon est devenu le premier pays d’exportation de Beaujolais Nouveaux avec 6,3 millions de bouteilles importées en 2016. Les nippons organisent même des bains chauds de Beaujolais… Vendue entre 3 et 10 euros la bouteille, il est souvent décrié par les palais sensibles. Pourtant, lorsqu’il arrive, on ne peut s’empêcher d’y goûter !

Fraise, cassis ou banane ?

« On aura encore sans doute cette année une légère érosion de nos ventes mais on n’a plus de prix cassés et on note une montée en gamme, notre stratégie commence à payer », explique Dominique Piron, président d’InterBeaujolais .

On aura donc la chance de goûter un millésime « coloré et fruité » malgré une récolte réduite d’environ 30% après la sécheresse, le gel et la grêle qui ont assilli les vignes cette année. Mais cela suffira-t-il a faire perdre au Beaujolais son fameux goût de banane qui lui vaut sa mauvaise réputation ? Pas facile à dire… Lui qui a été la meilleure et la pire aventure du vignoble du Rhône… Mais c’est également lui qui a marqué les esprits de générations entières d’étudiants !

Premiers émois

Prenez n’importe quel jeune pro, et parlez-lui de Beaujolais. Vous verrez ses yeux se mettrent à briller, faisant remonter le souvenir des première émotions estudiantines, vécues dans les bars parisiens où se mélangeaient les franchouillards de tous âges, acoquinés pour un soir, unis pour refaire le monde, liés pour partager l’arrivée de ce Beaujolais. Cela ne s’oublie pas !

« On les avait assassinés, les fêtes du faubourg et les bals de quartier, relégués au rayon souvenirs, avant guerre, belle époque, et c’était le bon temps. Mais il avait suffi de la fraîcheur d’un petit vin familier rigolo, populo, pour qu’un 14-Juillet tout neuf, improvisé, guilleret, remonte du pavé. […] Le beaujolais nouveau est arrivé ! Coquinet de la cuisse, un poil canaille, sans soutien-gorge, il était arrivé dans les arrière-gorges, un rien pute, léger et court vêtu, un brin muguet, un brin de fille, un doigt de Dieu, un doigt de cour. Il coulait source dans les hommes, il ne repartirait qu’en leur laissant au cœur le plus clair de la vie, la vertu d’un sourire. »  in le Beaujolais nouveau est arrivé, Denoël, 1975.

Quelle merveilleuse idée que de défier le temps en fêtant les Beaujolais Nouveaux, ce breuvage qui a initié les plus farouches d’entre vous. Combien d’étudiants ont fait leur première approche du vin lors d’une fête du Beaujolais ? Et pourquoi pas, confessons-le nous, jusqu’à la débauche ?

Même si ce breuvage gaulois et saisonnier est devenu au fil du temps un vin stéréotypé, markété, et sans âme, ne soyez pas réfractaires au Beaujolais. Il est votre ticket vers une désacralisation de la cave paternelle, vous permettant de cheminer tranquillement vers l’éducation de votre palais.

Pas d’excuse valable, tous les absents seront coupables.

Les associations étudiantes organisant l’évènement phare de leur année autour du Beaujolais, ne manquent pas ! Quelle que soit l’école ou la faculté où vous êtes, vous trouverez sans difficulté le petit (ou grand) groupe d’étudiants chauvins qui attendent ce 3ème jeudi du mois de Novembre avec impatience. C’est ainsi que les étudiants de la Sorbonne organisent chaque année une grande dégustation de Beaujolais Nouveaux « bio » au sien de l’établissement. Et ceux là vont même plus loin, en distribuant des flyers qui donnent le ton : « La prohibition, ça suffit ! Messieurs les gouvernants, voulez-vous laisser périr cette merveilleuse civilisation du vin qui a tant donné à notre culture française, sous prétexte que le vin serait de l’alcool ? Nous demandons que soient autorisées et organisées des dégustations dans toutes les universités et les grandes écoles pour aider les jeunes à retrouver ce patrimoine vivant du vin »

Ce n’est plus la peine d’hésiter, si ce n’est déjà fait, courrez déguster les première bouteilles de Beaujolais ! Et si vous ne savez pas quoi choisir, voici une petite séléction rien que pour vous 😉

La naissance des éléphants

C’est l’histoire d’un éléphant rêvant de grandeurs, d’aventures et d’expériences inédites. Il rencontra un cerf, expert dans la création d’univers. Ensemble, ils commencèrent à écrire la légende, dont le premier chapitre vu le jour le mardi 7 Novembre 2017.

 

Le patron des étudiants

Puisque Ganesh est le dieu hindou des étudiants, quoi de plus logique pour Hugo, tête de liste du BDE SMS, que de le choisir pour emblème ?! Car à la Sport Management School, on ne fait pas les choses à moitié ; et c’est donc avec le symbole de la sagesse, de la longévité, de la force et de la puissance, que le BDE Elephants a fait campagne cette semaine. Histoire de rêver vous raconte comment la petite troupe de pachydermes à tout rasé sur son passage !

 

La grande traversée des Alpes

L’Histoire ne se refait pas. Et puisque c’est l’éléphant qui permit à Hannibal de franchir les Alpes et de l’emmener vers la victoire de Trébie, avec une telle mascotte, il n’y a plus de doutes possibles dans l’esprit de son équipe : la victoire du BDE Elephant dans cette campagne est assurée !
Pourtant le match n’était pas joué d’avance. En face : une équipe menée par le roi de la forêt ! Le BDE Lion Vibes avait tout misé lundi dernier, pour séduire les différentes promos de l’école parisienne. Avec une mascotte déchaînée toute la journée, il y avait de quoi s’amuser. Mais il en faut plus que ça pour effrayer « la force tranquille » de SMS ESC. L’équipe s’est donc associée à un partenaire efficace pour mettre toutes les chances de son côté, et faire de cette journée, la première d’une longue série. Il va falloir faire de la place dans les archives de l’école pour conter les exploits à venir de ce BDE mémorable !

Pour captiver son public, c’est sur ses centres d’intérêts que la liste BDE a parié. Ainsi les étudiants en management sportif ont eu l’occasion de s’essayer au Baby-Foot humain, de se battre dans la peau de Sumo, ou encore de s’affronter dans des tournois de FIFA endiablés.

IMG_2230.JPG

 

Sous un soleil enthousiaste et une musique endiablée, les participants n’avaient d’autre choix que de profiter des installations et de se laisser embarquer dans l’univers délirant des éléphants. Du lever jusqu’au coucher du soleil, même les estomacs s’en souviennent encore ! Entre petit déjeuner gargantuesque, open food, barbe à papa en continu et food-truck au déjeuner, il y avait de quoi se rassasier ! Le poulet basquaise d’Alexis, partenaire d’Histoire de Rêver, n’a jamais eu autant de succès.

IMG_2257

La pluie de goodies qui s’est abattue sur l’évènement n’a fait que renforcer la performance, et Amazon en a profité pour y envoyer l’un de ses ambassadeurs ! La liste, déclarée favorite à l’issue de la journée, a également pu profiter pleinement de ces instants riches en émotions, repoussant au maximum l’heure fatidique où l’enchantement allait s’arrêter.

IMG_2273.JPG

Mais même si cette journée a fini par toucher à sa fin, au plus grand désespoir des petits éléphanteaux présents, qu’ils se rassurent, le rêve ne fait que commencer !

Bonne chance pour la victoire 😉

Et n’oubliez pas que « Le coassement des grenouilles n’empêche pas l’éléphant de boire » Proverbe africain.