Cultivez votre oisiveté

L’oisiveté, cet état d’une personne qui vit sans travailler et sans avoir d’occupation permanente, est plus que jamais décrié dans notre société qui prône la suractivité incessante. Pourtant, cette oisiveté est indispensable pour votre cerveau… Et oui, elle n’est pas juste un plaisir ou un vice, elle est également l’élément indispensable à vos cellules grises pour leur permettre de se recharger en énergie afin de mieux performer ensuite. C’est dans cette optique que vous allez pouvoir mieux organiser votre temps de travail.

« Deep work »

A l’heure des mails intempestifs, des réseaux sociaux, et des distractions omniprésentes, Cal Newport défend une méthode originale pour retrouver une concentration absolue dans ton travail, le « Deep work » (ou « travail en profondeur »). C’est en observant la nouvelle génération, sans cesse dérangée dans ses tâches par des désirs tels que manger, dormir, faire un tour sur Facebook, retwitter le plus rapidement possible, scroller son Instagram ou encore prendre un selfie pour alimenter son Snapchat, que le professeur a instauré une méthode unique permettant de retrouver la concentration et ainsi le pouvoir d’imaginer, d’innover et de créer.

Son concept ? En étant isolé, le cerveau humain peut faire des merveilles !

Dans son ouvrage Deep work : Rules for focused success in a distracted world, Cal Newport indique que « L’utilisation d’un service source de distraction ne diminue pas en soit la capacité de votre cerveau à se concentrer. C’est plutôt le fait de passer en permanence, au moindre signe d’ennui ou de difficulté cognitive, d’activités à forte valeur ajoutée avec peu de stimulis à des activités à faible valeur ajoutée avec beaucoup de stimulis qui apprend à votre esprit à ne jamais tolérer l’absence de nouveauté. Cette bascule constante affaiblit les muscles mentaux responsables d’organiser les nombreuses sources rivalisant pour accaparer votre attention. En isolant l’utilisation d’Internet (et donc en isolant les distractions), vous réduisez au minimum le nombre de fois où vous cédez à la distraction. Et, ce faisant, vous renforcez les muscles chargés de sélectionner ce qui doit retenir votre attention.

Vous avez du mal à rester concentré en cours ? Vos partiels ne se sont pas si bien passés que ça ? On vous donne les clefs de cette nouvelle méthode pour tout casser au prochain semestre !

Première solution (et non des moindres ! ) : inspirez-vous des monastères

Un peu radicale, mais c’est sans aucun doute la plus efficace, l’alternative proposée par Cal consiste à éliminer ou réduire drastiquement toutes les tâches superficielles de votre journée pendant une longue période (plusieurs mois, saisons ou trimestres). C’est dur au début, mais vous verrez, vous allez vous y faire 😉

Deuxième solution : les deux valeurs dominantes

Si vous êtes vraiment accro, et que la première solution n’est même pas envisageable pour vous, pas de panique, vous pouvez quand même appliquer la méthode « deep work ». Sans éliminer intégralement toutes les tâches superficielles, cette solution consiste à séparer votre journée entre les moments de travail profond et les moments d’oisiveté. Ainsi, c’est à vous d’établir des plages horaires dans votre journée où vous vous consacrerez uniquement à l’effort en question sans penser à autre chose, et des plages horaires consacrées à la mondanité des réseaux sociaux, vous permettant de vous plonger totalement dans vos tweets.

Troisième solution : du rythme !

Ici on parle d’imposer une discipline vous permettant de ne jamais manquer une séance de Deep Work. De la même manière que vous avez instauré dans votre vie des séances de crossfit hebdomadaires, vous pouvez également instaurer des séances de travail profond ! Par exemple, en vous levant tous les jours 2h plus tôt, pour travailler dans un état de concentration absolue. Le reste de la journée pourra ainsi être consacré aux tâches plus superficielles, et en plus, sans culpabiliser !

Quatrième solution : la méthode des journalistes

Pour cette dernière méthode, il vous faudra déjà un peu de pratique, car celle-ci requiert une importante capacité à segmenter son cerveau. À la manière des journalistes, qui doivent être capables de se concentrer très rapidement pour écrire un article de dernière minute, vous devez être capable, à n’importe quel moment de la journée, de plonger votre matière grise dans un état de concentration absolue. Il faut donc que vous puissiez activer et désactiver votre mode « deep work » sans problème et de manière immédiate. Mais en effet, cela demande un peu d’entrainement 😉

Faîtes comme J.K Rowling

Et si jamais vous n’y arrivez toujours pas, on a une dernière solution pour vous : la méthode Harry Potter.

Au moment d’écrire le dernier volet de sa saga, l’auteure s’est retrouvée face à l’angoisse de la page blanche. Impossible de trouver une fin à son ouvrage ! Ni une ni deux, Rowling part réserver une chambre dans un luxueux hôtel d’Edimbourg, et s’y enferme. Elle a ainsi opéré un changement radical d’environnement pour faire pression sur son cerveau ! C’est ce qu’on appelle la méthode des grands signes. Comprenant que la tâche à accomplir avait un niveau d’importance élevé, le cerveau de l’auteur s’est remis en action, et celle-ci a ainsi pu écrire le dernier tome de son œuvre.

Désormais, plus d’excuse pour nous dire que vous n’arrivez pas à réviser vos partiels !! 😉

 

 

Tout ce qu’on ne vous dira pas…

À l’heure des dernières coupes de champagne, des interminables galettes des rois chez Mamy et des files d’attente monstrueuses aux caisses des magasins pratiquant des soldes, on voulait vous proposer un petit tour d’horizon de ce qui va changer en 2018.

Mais comme vous avez l’air débordés par vos partiels, on ne va pas le faire.

Du coup on ne vous dira pas que 2 500 français vont rejoindre en 2018, la cause de Zero Waste France et promettre de ne rien acheter de neuf durant toute l’année pour lutter contre le gaspillage. On ne vous dira pas non plus que l’Ultra violet devient LA couleur Pantone à la mode cette année pour enjoliver la mode, la déco et même votre cuisine.  On ne va pas non plus vous dire qu’après Sully, Clint Eastwood sort un nouveau film retraçant les événements du 21 août 2015 à bord du train Thalys, mettant ainsi en lumière le courage des 3 américains qui ont permis d’éviter une attaque terroriste. On ne va pas non plus vous raconter la petite anecdote qui dit que le réalisateur a invité les trois véritables protagonistes à jouer leurs vrais rôles dans le film !

On a décidé de ne pas vous balancer le super bon plan Brussel Beer Project qui va ouvrir un bar à Paris… rue de Bruxelles ! En 2018 vous ne saurez pas que huit institutions parisiennes vont s’associer pour célébrer les 50 ans de mai 68 ; ni que Big Mamma s’installe à la Station F (les veinards !!) ; ou encore qu’un Apple Store va s’ouvrir sur les Champs Elysées.

Comme on ne veut pas vous empêcher de réviser, on ne va pas vous balancer que désormais 11 vaccins sont obligatoires au lieu de 3 ; qu’un nouveau film dérivé de l’univers de Star Wars va sortir (mais sans Harrison Ford… !!!) ; que pour lutter contre l’obésité infantile, les publicités vont être interdites pendant la diffusion des programmes destinés aux moins de 12 ans ; que les paquets de clopes vont prendre +1,10€ en Mars (le paquet à 10€ c’était pas une blague en fait…) ; que les villes peuvent désormais fixer elles-mêmes les tarifs du stationnement (et des amendes !) ; que le nouveau Smic horaire sera de 9,88€/heure ; ni que la Corse est désormais unifiée en une collectivité unique.

Ce n’est pas la peine de demander, on ne vous dira pas que le prix du carburant va augmenter (comme chaque année non ? ) ; que désormais à l’examen du permis de conduire on va vous demander des notions de premier secours ; que les prix des timbres vont décoller ; que les locations de meublés sur Airbnb vont être limitées à 120 jours par an dans le centre de Paris ; que la sécu étudiante va être supprimée  ; ou que les abattoirs sont maintenant obligés d’installer des caméras dans tous les lieux d’acheminement, d’hébergement, et d’abattage des animaux.

Même si vous nous demandiez des bonnes nouvelles, on ne balancerait pas que l’indemnité de stage passe de 554,4€ à 577,5€ après deux mois consécutifs de stage (ne vous emballez pas non plus !) ; que des nouveaux Vélib ultra stylés débarquent dans la capitale ; que la bourse Erasmus + sera plus élevée de 20 à 70€ par mois par rapport aux montants actuels, en fonction des destinations ; ou encore que les cotons tiges sont maintenant interdits à la vente (euh c’est une bonne nouvelle ça ?)…

Quoi de neuf en 2018

C’est vrai après tout on ne voit pas pourquoi on vous dirait tout ça !

Le savoir-faire d’Histoire de Rêver

« Les professionnels de la vie étudiante »

 

Nos équipes ont longtemps été confrontés aux problèmes que rencontrent une association étudiante lors du choix d’un organisateur de voyages pour créer leurs événements. Après avoir fini leur école de commerce, le choix de s’engager dans ce projet était logique de part leurs expériences dans le milieu étudiant.

L’engagement pris de vouloir co-créer l’évènement avec l’association, c’est une façon de se tourner vers les étudiants à la recherche d’un week-end d’intégration parfait, d’un voyage au ski inoubliable ou alors d’une remise de diplôme mémorable.

La force d’Histoire de Rêver, c’est sa réactivité et sa souplesse afin de répondre favorablement aux étudiants qui recherchent l’excellence avec le meilleur rapport qualité/prix possible.

Pourquoi choisir Histoire de Rêver ?

 

L’envie, c’est d’apporter une expertise professionnelle et efficace face aux différentes questions que se pose une association étudiante. C’est un soutien logistique et des ressources puissantes mises à disposition afin de garantir la réussite d’un événement.

Tous les projets s’organisent à travers une relation transparente  avec les équipes et de véritables interactions afin de repousser les limites pour offrir les meilleurs événements aux associations. L’expérience client est la priorité d’Histoire de Rêver.

Que ce soit un week-end, une semaine, un voyage à l’étranger ou une idée qui vous traverse l’esprit, nos bureaux vous seront toujours ouverts.

Il ne manque plus que vous !

Décrivez votre rêve