Les destinations d’Histoire de Rêver pour cet été !

Chaque année, c’est le même combat : quelle destination choisir pour partir entre amis cet été ?

En plus de prendre en compte les envies et motivations de chacun, un des points primordiaux qui est abordé dans 99,99 % des groupes d’amis : le fameux budget ! Il comprend le transport, l’hébergement, les activités et la nourriture, mais aussi (et surtout) les soirées !

On a décidé de vous donner un coup de pouce afin de vous aider pour choisir une destination où le prix n’empêche en rien de s’amuser et de vous lancer dans des projets de vacances bien méritées !

Voici nos trois coups de cœur chez HISTOIRE DE RÊVER :

1 – LA CLASSIQUE : BARCELONE

Barcelone, pour des vacances d’été, c’est un secret pour personne. Un mélange parfait entre la grande ville festive, le soleil et la plage. Barcelone offre des séjours inoubliables pour tous les budgets. Cependant, on peut vite être perdu dans une multitude d’offres qui se ressemblent mais qui ne se valent pas.

Alors comment choisir ?

Il existe des hôtels qui sont spécialisés dans l’accueil de groupes étudiants, aussi bien au niveau du prix qu’au niveau de l’emplacement, toujours proches des endroits qui bougent dans Barcelone afin de vous permettre de faire le maximum d’activités à pieds.

C’est pour cela qu’Histoire de Rêver est partenaire avec une grande partie de ses hébergements pour vous permettre d’avoir les meilleurs prix même pendant l’été !

N’hésitez pas à nous demander, on se fera un plaisir de vous aider 🙂

2 – LA PEPITE : BELGRADE

On y pense peu ou presque jamais dans nos recherches de vacances mais Belgrade est une ville qui vaut le détour ! Entre ses soirées monumentales sur des péniches le long du Danube, son histoire et ses prix attractifs, Belgrade est incroyable pour tous les étudiants français.

Belgrade est une destination proche de la France et peine encore à voir son nombre de touristes décoller, ce qui lui permet de garder des prix raisonnables notamment au niveau des billets d’avion et du coût de la vie.

Certains la comparent à Berlin, d’autres à Barcelone. Ce qui est sûr, c’est qu’elle est bien la capitale de la fête des Balkans.

Alors convaincus de tester la « capitale qui ne dort jamais » ? 🙂

3 – L’INATTENDUE : RIGA

C’est notre bonne découverte de l’année ! Toute l’équipe d’Histoire de Rêver est conquise par cette ville, capitale de la Lettonie. Au-delà de son architecture et de sa vieille ville, Riga possède un bon nombre de clubs et bars pour toutes les personnalités de votre groupe !

L’avantage qui existe pour une ville de cette taille (environ 180 000 habitants), c’est la concentration de la vie nocturne, qui permet de pouvoir avoir le luxe de faire plusieurs endroits, avec des ambiances différentes, tout en restant dans le même quartier. Le petit plus pendant l’été, c’est que le climat est idéal (environ 20 degrés l’été), ce qui permet d’être à l’aise et de ne pas être asphyxié par une chaleur écrasante, même après avoir dansé toute la nuit 🙂

On vous conseille vivement de tenter l’expérience avec nous !

sascha-israel-607780-unsplash

Madame Amsterdam

Artiste bohème le jour, et noctambule euphorique la nuit, la mystérieuse Amsterdam s’est révélée le week-end dernier, à la joyeuse troupe d’étudiants de la Sport Management School embarquée par son BDE fraîchement élu, pour une folle virée hollandaise.

En sortant de cours vendredi soir, pour se ruer vers le bus qui patientait au pied de l’école, le groupe ne s’attendait pas à partir pour un city trip si exaltant. Et c’est en arrivant de nuit, dans une ville aussi bien sulfureuse que poétique, que les étudiants ont touché du doigt leur rêve d’évasion. Celui-là même qui allait durer 48 heures.

La vagabonde

Revigorés par une nuit réparatrice et un brunch à volonté, nos chers éléphants ont pu s’attaquer à la fantaisiste Amsterdam pour la journée. Entre les maisons inclinées, l’incessant défilé des vélos ou encore les canaux enchanteurs, il y avait de quoi faire tourner la tête. C’est ainsi qu’ils se sont perdu à flâner dans Kalvestraat street, avant de se retrouver au Vondelpark pour rejoindre la place du Dam. Le froid polaire qui régnait sur la ville, a bien vite été oublié dans les cafés typiques où découvertes culturelles et culinaires ont animé la fin de journée.

photo-1447877980755-c3c642760061

La frivole

La nuit tombée, c’est l’autre facette de la capitale que les étudiants ont pu s’approprier. C’est en flânant dans l’atmosphère volage des ruelles, qu’ils ont pu découvrir les milles et unes occasions différentes de profiter de la soirée. Outre sa beauté qui se révèle de nuit, elle est également la ville qui ne dort jamais ! Ils ont ainsi pu profiter, entre autres, des bars partenaires d’Histoire de Rêver. Se laissant embarquer dans le tourbillon festif du pays, se saisissant de la culture hollandaise, et se laissant porter par l’insouciance de leur jeunesse, cette seconde soirée à Amsterdam fût pour tous, mémorable.

La charmante

Logés par Histoire de Rêver en plein cœur du centre-ville historique, ils n’ont pas perdu de temps en ce dimanche matin, pour pouvoir profiter de leurs derniers instants sur place et s’imprégner une nouvelle fois des charmes de la capitale. La tempête de neige qui s’est abattue sur elle, n’a en rien découragé nos valeureux étudiants, ne la rendant que plus belle encore avant leur départ.

photo-1512470876302-972faa2aa9a4

Le retour sur une autoroute gelée, pris dans la tempête Ana, leur a permis de prolonger un court instant le rêve auquel ils avaient pris part. Meziane, chauffeur enthousiaste et pilote de l’extrême à ses heures perdues, affronta la route avec professionnalisme, et déposa sans encombre la petite troupe à bon port. C’est ainsi que prit fin la parenthèse enchantée d’un City trip inoubliable pour la bande des éléphants.

À votre tour de vous laisser tenter par la ravissante Amsterdam…

Règlement du Jeu Concours

ARTICLE 1 – ORGANISATION DU JEU

Histoire de Rêver (ci-après la « société organisatrice ») immatriculée au registre du commerce et des société sous le numéro : 82539068500014 dont le siège social est situé au 105 bis Grande Rue, 92380 Garches, organise du 8 décembre 2017 au 31 Mars 2018 un jeu gratuit sans obligation d’achat intitulé : « LE JEU CONCOURS PAR HISTOIRE DE REVER » (ci-après dénommé « le Jeu »), selon les modalités décrites dans le présent règlement.

Cette opération n’est ni organisée, ni parrainée par Facebook, Google, Apple ou Microsoft.

ARTICLE 2 – CONDITIONS DE PARTICIPATION

Ce jeu gratuit est ouvert à toute personne physique âgée de plus de 18 ans, disposant d’un accès à internet ainsi que d’une adresse électronique valide, et résidant dans les pays suivants: France, à l’exception des personnels de la société organisatrice et de leurs familles, ainsi que de toutes personnes ayant participé à l’élaboration du jeu.

Le jeu est soumis à la réglementation de la loi française applicable aux jeux et concours.

Le seul fait de participer à ce jeu implique l’acceptation pure et simple, sans réserve, du présent règlement.

ARTICLE 3 – MODALITÉS DE PARTICIPATION

Ce jeu se déroule sur la plate-forme google.com, aux dates indiquées dans l’article 1. Il est également possible de participer en répondant physiquement au questionnaire proposé par Histoire de Rêver via une tablette tactile, lors des évènements auxquels la société organisatrice participe. La participation au jeu s’effectue en remplissant le questionnaire proposé via Google.com, ainsi qu’en apposant un Like sur la page Facebook : https://www.facebook.com/Histoirederever.event/

Il n’est autorisé qu’une seule participation par personne -même nom, même prénom, même adresse électronique, même date de naissance, même numéro de téléphone, pendant toute la période du jeu.

Le jeu étant accessible sur la plate-forme Facebook, en aucun cas Facebook ne sera tenu responsable en cas de litige lié au Jeu. Facebook n’est ni organisateur ni parrain de l’opération.

ARTICLE 4 – DÉSIGNATION DES GAGNANTS

Cinq gagnant(s) sera(ont) tiré(s) au sort dans les 15 jours suivant la fin du jeu.

Le(s) gagnant(s) recevra(ont) sera(ont) contacté(s) dans les 15 jours suivant le tirage au sort, lui (leur) confirmant la nature du lot gagné et les modalités pour en bénéficier. Tout gagnant ne donnant pas de réponse dans un délai de 7 jours à compter de l’envoi d’avis de son gain sera réputé renoncer à celui-ci et le lot sera attribué à un nouveau gagnant.

ARTICLE 5 – DOTATION

Le jeu est doté du (des) lot(s) suivant(s), attribué(s) chronologiquement au(x) participant(s) valide(s) tiré(s) au sort et déclaré(s) gagnant(s). Chaque gagnant remporte un seul lot.

Liste des lots :

  • Un week-end pour deux personnes à Barcelone, comprenant le moyen de transport AR depuis Paris ainsi que l’hébergement sur place 1 nuit ; organisé par la société Histoire de Rêver
  • Un vol en Hélicoptère d’1h30, comprenant 25 minutes de vol, organisé par la société Helipass
  • Une session de conduite en voiture GT, organisée par la société Smartbox
  • Deux paires de chaussures d’intérieur, offertes par la société Nénufar

 

La société organisatrice se réserve le droit de procéder à la vérification de l’âge de tout gagnant avant remise de son lot. Les dotations ne pourront en aucun cas être échangées contre leur valeur en espèces ou contre toute autre dotation. La société organisatrice ne saurait être tenue pour responsable de l’utilisation ou de la non utilisation, voire du négoce, des lots par les gagnants. En cas de force majeure, la société organisatrice se réserve le droit de remplacer le lot gagné par un lot de nature et de valeur équivalente.

ARTICLE 6 – IDENTIFICATION DES GAGNANTS ET ÉLIMINATION DE LA PARTICIPATION

Les participants autorisent la vérification de leur identité. Le non respect du présent règlement ainsi que toute fraude ou tentative de tricherie, quelles que soient ses modalités, entraînera l’élimination pure et simple de la participation de son auteur.

ARTICLE 7 – DÉPÔT DU REGLEMENT

Les participants à ce jeu acceptent l’intégralité du présent règlement . Il peut être obtenu sur simple demande à l’adresse de la société organisatrice, spécifiée à l’article 1, pendant toute la durée du jeu.

Devenez Bourguignons

Il y a des voyages qui marquent la jeunesse, il y a des voyages qui changent une vie, il y a des voyages qui font retomber en enfance… et puis il y a la Bourgogne. Cette terre ancestrale qui fait scintiller les grappes les plus renommées, suspendues aux plus précieux ceps du pays. C’est dans cette région gorgée de soleil, qu’Histoire de Rêver a propulsé Marc et son équipe le week-end dernier, vers un voyage unique, sur la route des grands crus !

 

80 ans et toutes ses dents

C’est en 1937, après délibération du conseil général de la côte d’or, que cette route foulée par tant de pieds, obtient son statut de « route des grands crus de Bourgogne ». Et c’est en 2015 que celle-ci est définitivement inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Il n’y a donc plus aucune raison de continuer à voyager, sans avoir commencé par faire la route des vins bourguignons. Marc l’a bien compris, et c’est ainsi qu’il a pris la poudre d’escampette le temps d’un week-end pour se jeter à l’assaut des plus grands domaines de la région.

bourgogne

 

Affaire d’initiés

Chaque appellation traversée propose une dégustation chez tel ou tel producteur. C’est par le Château de Meursault, dont les premières pierres ont été posées au XIIème siècle, que la bande d’épicuriens a commencé son périple. Couvrant plus de 60 hectares, le vignoble se réparti sur plus de 100 parcelles. Le sol riche en calcaire sur lequel évoluent ces vignes donne aux vins de ce domaine, toute leur saveur et leur authenticité. C’est avec passion que ces derniers furent présentés à la petite équipe, dans une cave privatisée pour l’occasion.

L’évasion s’est ensuite poursuivie dans les caves Patriarche où une fois encore c’est une dizaine de grands vins qui ont été présentés à nos jeunes amateurs. Depuis 1780, la légende s’écrit entre ces murs, dont l’audace en a fait l’une des plus importantes maisons de Bourgogne.

caves patriarche

 

Reste pour eux, à découvrir Beaune, le temps d’une soirée. La capitale du vin a su les accueillir comme il se doit ! Puis la nuit en gîte privatisé au cœur de vignes, a permit à la joyeuse troupe de reprendre des forces pour continuer à grimper les pentes des vignobles voisins, le lendemain.

Ainsi, conciliant la découverte de subtils breuvages, de paysages charmeurs, de villages riches d’Histoire, et de vignerons fiers de leur patrimoine, cette route qui ne cesse de se bonifier avec le temps, a su une nouvelle fois, enchanter ceux qui l’ont foulée.

A votre santé !

Ça y est le troisième jeudi du mois de Novembre est arrivé, et avec lui son fameux Beaujolais ! Ce petit vin primeur dont la renomée n’est plus à discuter, a fait son entrée dans les bars et restaurants de l’hexagone le 15 à minuit. C’est en effet une loi de 1985 qui a fixé les dates officielles de sa commercialisation au troisième jeudi du mois de Novembre. Depuis, le Japon est devenu le premier pays d’exportation de Beaujolais Nouveaux avec 6,3 millions de bouteilles importées en 2016. Les nippons organisent même des bains chauds de Beaujolais… Vendue entre 3 et 10 euros la bouteille, il est souvent décrié par les palais sensibles. Pourtant, lorsqu’il arrive, on ne peut s’empêcher d’y goûter !

Fraise, cassis ou banane ?

« On aura encore sans doute cette année une légère érosion de nos ventes mais on n’a plus de prix cassés et on note une montée en gamme, notre stratégie commence à payer », explique Dominique Piron, président d’InterBeaujolais .

On aura donc la chance de goûter un millésime « coloré et fruité » malgré une récolte réduite d’environ 30% après la sécheresse, le gel et la grêle qui ont assilli les vignes cette année. Mais cela suffira-t-il a faire perdre au Beaujolais son fameux goût de banane qui lui vaut sa mauvaise réputation ? Pas facile à dire… Lui qui a été la meilleure et la pire aventure du vignoble du Rhône… Mais c’est également lui qui a marqué les esprits de générations entières d’étudiants !

Premiers émois

Prenez n’importe quel jeune pro, et parlez-lui de Beaujolais. Vous verrez ses yeux se mettent à briller, faisant remonter le souvenir des premières émotions estudiantines, vécues dans les bars parisiens où se mélangeaient les franchouillards de tous âges, acoquinés pour un soir, unis pour refaire le monde, liés pour partager l’arrivée de ce Beaujolais. Cela ne s’oublie pas !

« On les avait assassinés, les fêtes du faubourg et les bals de quartier, relégués au rayon souvenirs, avant guerre, belle époque, et c’était le bon temps. Mais il avait suffi de la fraîcheur d’un petit vin familier rigolo, populo, pour qu’un 14-Juillet tout neuf, improvisé, guilleret, remonte du pavé. […] Le beaujolais nouveau est arrivé ! Coquinet de la cuisse, un poil canaille, sans soutien-gorge, il était arrivé dans les arrière-gorges, un rien pute, léger et court vêtu, un brin muguet, un brin de fille, un doigt de Dieu, un doigt de cour. Il coulait source dans les hommes, il ne repartirait qu’en leur laissant au cœur le plus clair de la vie, la vertu d’un sourire. »  in le Beaujolais nouveau est arrivé, Denoël, 1975.

Quelle merveilleuse idée que de défier le temps en fêtant les Beaujolais Nouveaux, ce breuvage qui a initié les plus farouches d’entre vous. Combien d’étudiants ont fait leur première approche du vin lors d’une fête du Beaujolais ? Et pourquoi pas, confessons-le nous, jusqu’à la débauche ?

Même si ce breuvage gaulois et saisonnier est devenu au fil du temps un vin stéréotypé, markété, et sans âme, ne soyez pas réfractaires au Beaujolais. Il est votre ticket vers une désacralisation de la cave paternelle, vous permettant de cheminer tranquillement vers l’éducation de votre palais.

Pas d’excuse valable, tous les absents seront coupables.

Les associations étudiantes organisant l’événement phare de leur année autour du Beaujolais, ne manquent pas ! Quelle que soit l’école ou la faculté où vous êtes, vous trouverez sans difficulté le petit (ou grand) groupe d’étudiants chauvins qui attendent ce 3ème jeudi du mois de Novembre avec impatience. C’est ainsi que les étudiants de la Sorbonne organisent chaque année une grande dégustation de Beaujolais Nouveaux « bio » au sein de l’établissement. Et ceux là vont même plus loin, en distribuant des flyers qui donnent le ton : « La prohibition, ça suffit ! Messieurs les gouvernants, voulez-vous laisser périr cette merveilleuse civilisation du vin qui a tant donné à notre culture française, sous prétexte que le vin serait de l’alcool ? Nous demandons que soient autorisées et organisées des dégustations dans toutes les universités et les grandes écoles pour aider les jeunes à retrouver ce patrimoine vivant du vin ».

Ce n’est plus la peine d’hésiter, si ce n’est déjà fait, courrez déguster les première bouteilles de Beaujolais ! Et si vous ne savez pas quoi choisir, voici une petite séléction rien que pour vous 😉

Faites péter le son

Il paraît que les étudiants ont des problèmes d’audition. Il paraît que les étudiants passent trop de temps à écouter de la musique. Il paraît que les étudiants mettent leur santé en danger en écoutant de la musique trop fort… Et si on arrêtait de décider à votre place ? Et si on arrêtait de vous dire ce qui est bon ou pas ? Et si on arrêtait de vous restreindre ?

Depuis le mois d’août, boîtes de nuit et festivals sont soumis à une nouvelle réglementation faisant passer le niveau maximal de décibels sur une durée de 15 minutes, de 105 à 102. En cause : les trop grands risques de problèmes auditifs. Désormais, ces lieux de rassemblement devront « informer le public sur les risques auditifs », « mettre à disposition du public à titre gratuit des protections auditives » du type bouchons d’oreilles, et créer des « zones de repos auditif ou, à défaut, ménager des périodes de repos auditif » durant lesquelles le niveau sonore ne dépassera pas 80 décibels… Désormais, vous n’irez plus en boîte pour passer un bon moment entre amis, et célébrer vos succès mais pour vous informer des risques auditifs et récupérer des boules Quiès gratuitement. Désormais vous n’irez plus en festival pour découvrir de nouveaux artistes et vivre une expérience, mais pour vous « reposer » !

« En manque d’énergie ? Montez le son »

Chez Histoire de Rêver on est persuadé que, contrairement à ce que l’on veut vous faire croire, la musique n’est pas nocive, quel que soit son volume ! Alors chez nous, plus ça va, plus on monte le son. Une étude danoise à indiqué que les jeunes préfèrent écouter la musique forte, pour « mieux en profiter » et « faire le plein d’énergie », démontrant que la musique est un excellent moyen de se motiver et de se booster. Lequel d’entre vous n’a pas déjà senti son poil se hérisser à l’écoute du son qui le fait frissonner ?

La musique provoque une charge émotionnelle libératrice de l’énergie dans votre corps. Alors si vous avez besoin de mettre le volume à fond, faites-le !

« En manque de concentration ? Montez le son »

Et puisqu’écouter de la musique est bon pour la santé, Hervé Platel, professeur à l’université de Caen, va plus loin, et démontre qu’elle est même bonne pour votre concentration. Pour lui, la musique est « stimulante et permet de moins ressentir la fatigue ». Elle vous projette dans une « bulle intellectuelle » qui vous permettra de vous focaliser sur votre travail. Il rejoint également le fait que cette dernière libère votre dopamine, réduisant votre stress et vous procurant de l’énergie positive.

Retrouvez tous ses bons conseils ici

Ecouter de la musique reste l’activité culturelle préférée des 15-24 ans depuis 2011, selon Opinion Way. Ce n’est pas pour rien que vous avez classé la musique devant le cinéma et la télévision ; ce n’est pas pour rien que vous l’écoutez plus de deux heures par jours. Alors ne culpabilisez plus de rêver en musique, vivez votre passion et montez le son !

Faîtes les rêver, soyez gonflés

Ah la structure gonflable !! Cette ingénieuse invention qui vous permet d’installer en moins de 5 minutes un décor impressionnant ; cette petite merveille qui donne à votre événement un aspect magique et inédit…

Aujourd’hui, plus de campagne BDE ou de WEI digne de ce nom sans au moins une structure gonflable ! En l’espace de quelques années, elle est devenue le jouet préféré des futurs influents de ce monde. Ce n’est plus un secret, en attendant de devenir manageurs des boîtes les plus prometteuses, les étudiants passent leurs week-end à se trémousser sur des boudins colorés 😉

« L’élément incontournable de votre succès »

Bubble Foot, roulette humaine, baby-foot géant, tir à l’élastique, mur de l’araignée, combat de sumo, ou encore taureau mécanique, le choix ne manque pas pour faire frissonner les étudiants du monde entier. Toujours plus originales, toujours plus sportives et toujours plus colorées, les structures gonflables ne cessent de s’adapter à ce marché qui réclame sans cesse plus de nouveautés. Allez savoir pourquoi la jeunesse raffole de ces joutes ! Mais quoi qu’il en soit, vous ne pourrez pas passer à côté. Histoire de Rêver vous accompagne dans le choix de la structure adaptée à votre événement. Car si elle est incontournable, encore faut-il ne pas se tromper ! Type, taille, utilisation, risques, tarif, nombre de joueurs, sont autant d’éléments à prendre en compte dans votre sélection. Il s’agit de saisir la bonne alternative, pour être certain de pouvoir séduire un maximum de participants et assurer le succès de votre projet.

« Quand le gonflable devient une vocation »

C’est l’histoire d’un étudiant de Sup de Co Montpellier, qui arpentait les événements BDE de son campus, et passait des heures à défier ses camarades sur des structures boudinées. A la sortie de son école, l’évidence apparaît, et c’est ainsi que naquit UNC Pro, le leader du meuble gonflé ! Se positionnant d’abord sur le marché du mobilier gonflable pour étudiants, afin de faciliter leurs déménagements et leurs recherches continuelles d’espace dans des appartements souvent blindés, Ludovic Muchetti lance So-Campus en 2011. Le succès est au rendez-vous, ce qui lui permet de développer son activité et de modifier son positionnement vers les entreprises, en particulier celles qui ont d’importants besoins en évènementiel. Une première commande de l’entreprise QuickSilver, et le projet décollait.

Bien qu’il ait toujours été fasciné par les éléments gonflés, puisque recruté dès son plus jeune âge par l’Olympique Lyonnais, c’est bien sa participation aux événements étudiants de son école, qui a fait naître sa vocation d’entreprendre.

Morale de cette histoire ? Ne sous-estimez pas votre Ventrigliss !

« Vous avez bien failli rater votre été »

Après avoir séduit les enfants avec des châteaux à bulles ou des bateaux de pirates colossaux, après avoir charmé les étudiants avec des attrapes bananes ou des rings de box, les gonflables continuent d’envahir le marché…

Lesquels de vos comptes instagram n’ont pas été spoilés tout l’été par des photos de flamants roses géant ou celles de licornes au milieu de l’océan ?

La bouée gonflable est devenu l’accessoire incontournable de l’été !! Car après s’être déhanchés en combat de Sumo toute l’année, hors de question d’abandonner le confort du gonflé pendant l’été ! Que ce soit votre animal fétiche, un donut ou encore un cactus géant, vous n’avez pas pu passer à côté.

L’été est terminé, mais ne laissez pas vos bouées ou vos meubles se dégonfler. Vous l’aurez compris, le potentiel des structures gonflables est bien plus important que vous ne l’imaginez. Alors faîtes rêver votre école toute l’année avec des structures inédites !

Et si vous preniez l’option «Game of Thrones» au prochain semestre ?

« Vos notes à la fac baissent ? Matez Game of Thrones »

Vous avez du mal à réviser vos partiels ? Vous avez l’impression de ne rien retenir en cours ? L’Histoire des civilisations, les langues, ou la géopolitique vous endorment ? Histoire de Rêver vous donne la solution : matez Game of Thrones !

La série à succès de HBO n’est pas populaire uniquement auprès des étudiants, elle l’est aussi auprès de leurs professeurs, et ce pour une simple et bonne raison : elle est un concentré de ce qu’ils tentent d’inculquer à leurs élèves depuis des années.

 

« Jeux de pouvoirs »

Les étudiants des IEP sont les plus friands de la série. Parce qu’ils sont passionnés par la théorie des petits cercles de Mitterrand et par la manière dont elle lui a permit d’accéder à l’Elysée, c’est en passant des heures devant House of Cards ou Game of Thrones qu’ils voient leurs cours se mettre en pratique dans ces fictions où les héros laissent place à des hommes politiques dans toutes leurs complexités. Les étudiants en Sciences politiques s’entrainent à comprendre l’ensemble des forces en présence dans un environnement donné, le passé des familles politiques, l’histoire des relations entre celles-ci. Et les professeurs les y encouragent !

 

« Un mélange de Machiavel, Bourdieu, et Weber »

Ces encouragements viennent du fait que de nombreux ouvrages étudiés dans le supérieur figurent dans la série. En effet, il n’est pas compliqué de voir dans Game of Thrones, une illustration du Prince de Machiavel pour sa richesse et son influence à travers l’histoire. On y apprend ainsi que la défense d’un Etat justifie tous les moyens, que la violence sert à contrecarrer les plans de la fortune contre les hommes, ou encore que le meilleur moyen de créer l’unité est d’avoir un ennemi commun. C’est dans cette optique que Game of Thrones reprend également la pensée de Weber en illustrant la lutte du pouvoir qui conduit à un monopole de la violence.

Pierre Bourdieu n’est pas en reste puisque la série compile habilement la lutte pour l’hégémonie, le désir de la personne d’améliorer la situation de sa famille au détriment de ses désirs personnels, ou encore, à l’instar du comportement de LittleFinger, l’importance de la bureaucratie dans l’accession au pouvoir.

 

« Cours d’histoire médiévale à Harvard »

Puisque Game of Thrones représente l’avenir de l’enseignement, Harvard ouvrira à la rentrée prochaine un cours dédié à la série : « Le vrai Game of Thrones : des mythes modernes aux modèles médiévaux », un cours de « folklore et mythologie » qui «s’adapte ou déforme l’histoire et la culture du « monde médiéval » d’Eurasie depuis les années 400 jusque 1500 après Jésus Christ» selon la lettre d’intention reçue par le site du Time. Les étudiants de la célèbre université pourront ainsi établir des rapprochements entre les catégories de personnages présents dans la série (le roi, sa femme, son fils…) et les personnages historiques de l’époque médiévale. Bien entendu, les professeurs dispensant ce nouveau cours espèrent redorer le blason d’une matière peu à peu délaissée par les étudiants.

«N’est ce pas un aspect du métier de professeur que d’utiliser l’intérêt des étudiants pour creuser et aller plus loin?» Racha Kirakosian, professeure dans la «classe Game of Thrones»

Toutefois, si le scepticisme les envahit face au marketing appliqué à un vieux cours pour le rendre attrayant, les étudiants auront toujours la possibilité de se tourner vers une autre alternative : les cours de Dothraki à Berkeley !

 

« Stage intensif »

Lorsque l’étudiant David J. Peterson, il y a douze ans, planchait avec passion sur ses cours de linguistique à Berkeley, il n’imaginait pas se faire embaucher 4 ans plus tard par la chaine HBO pour développer une nouvelle langue. Puisque la série a mystifié ce dialecte inspiré de l’arabe et de l’espagnol, il va de soi que son créateur enseigne désormais des cours dans l’université qui lui a délivré son master. C’est ainsi que ses étudiants pourront apprendre le Dothraki mais également le processus de création des langages. Son, sens des mots, grammaire… l’idée et de chercher pourquoi les hommes ont créé plusieurs langues et comment ils ont fait.

L’homme qui parle huit langues est donc désormais le nouveau mentor des étudiants de Californie ; car il n’en est pas à son premier essai ! La liste des séries pour lesquelles il a déjà crée un nouveau dialecte fait tourner la tête : Défiance (SyFy), Les Chroniques de Shannara (MTV), The 100 (Marvel), ou encore Emerald City (NBC). Pour chacun de ces succès, le linguiste a mis en place un univers bien à lui permettant au personnages de communiquer entre eux. Néanmoins, la langue de Khal Drogo reste la plus populaire !

 

« Cours de géopolitique grandeur nature »

Puisque même les plus grandes universités se mettent à la page, suivez l’exemple ! Arrêtez de vous endormir devant vos Power Point de Géopolitique en tentant de comprendre l’essence des conflits de ce monde, et penchez-vous plutôt sur l’origine du la lutte contre les Lannister. Comment différentes maisons se partageant le territoire de Westeros autour de la capitale Port Réal, ont pu se retrouver dans un tel conflit, alors que le statu quo de départ reposait sur un accord de paix dans lequel chacune y trouvait son intérêt ?

A méditer 🙂

Vous êtes déjà partis au WEI en CM2

La classe découverte… parenthèse enchantée de votre enfance, aventure idyllique qui vous a propulsé dans votre vie étudiante, à 10 ans, sans que vous le sachiez. Vos parents pensaient vous envoyer à la découverte de la nature, du patrimoine ou de la culture ? Quant à vous, vous pensiez partir une semaine en vacances avec vos copains ? Vous pensiez partir à l’assaut des châteaux fort, ou à la recherche des marmottes du Parc national des Ecrins ? Ce n’est pourtant pas ce que vous avez vécu. Votre année de CM2 fût celle de votre premier WEI…

 

« L’angoisse de la séparation »

C’était probablement la première fois que vous avez été séparés de vos parents. C’était probablement la première fois que vous vous êtes endormis sans eux, dans un dortoir plein à craquer. C’était probablement la première fois que vous avez fait un aussi long trajet en car, la première fois que vous avez chanté en cœur avec toute votre classe, la première fois que vous avez vu ou goûté autant de nouveautés. C’est aussi la première fois que vous avez été autonomes, la première fois que vous avez dû prendre votre courage à deux mains pour montrer qui vous êtes vraiment, la première fois que vous avez noué de vrais liens avec vos camarades. Vous étiez angoissés à l’idée de quitter le nid familial ?

Pourtant c’est cette classe verte que vous avez tous vécue, qui va faire de vous la vedette du WEI !

 

« Votre première soirée mousse »

C’est parce-que vous avez survécu à votre classe découverte que vous allez vivre un WEI inoubliable. Les chasses aux trésors se transforment en guerre des bus, l’observation des chamois se transforment en concours de selfies, les comptines enfantines évoluent en danses du Limousin, les cours de cuisines régionales se changent en barbecue géant, les concours de saut de rivières deviennent des courses de caddie ou des compétitions du déguisement le plus atypique, les veillées au coin du feu deviennent des soirées mousse. Tout change mais le concept reste le même : on quitte sa chaise en bois ou son amphi et on partage le plus fou de sa personnalité dans l’aventure d’un séjour féérique qui marquera votre vie à jamais.

 

« Comment s’appelait cet arbre avec des épines ? »

Vous êtes rentrés de votre classe verte en vous souvenant plus des défis réalisés et des blagues qui ont eu du succès que des merveilles de la nature que vous avez croisées. De la même manière, vous ne retiendrez de votre WEI, que l’essentiel. Le sommeil en retard s’estompera rapidement pour laisser place à la fierté d’avoir prouvé ce que vous méritez. Vous aurez gagné une place unique dans le groupe auquel vous appartenez. C’est cette place qui vous permettra de vous démarquer !

Soyez fiers d’être étudiants

Il paraît qu’un quart des français a une mauvaise image des étudiants. Il paraît que 39% d’entre eux les jugent «irrespectueux des règles envers les autres», il paraît que 24% leur attribuent des comportements «délinquants», il paraît que 14% de la société considère que les étudiants sont «défaitistes et attentistes».

Mais il paraît aussi que plus de la majorité des français estime que les jeunes sont «créatifs et inventifs», qu’ils «s’adaptent facilement», qu’ils sont «lucides et réalistes» et même «responsables dans leurs comportements». Il paraît que cette majorité considère que vous êtes leur meilleur atout pour l’avenir !

Alors n’ayez plus peur d’être étudiants ! Vous faites partie de cette nouvelle génération d’étudiants connectés, impliqués, ouverts sur le monde, capables de piloter leur parcours, porteurs d’un projet…
Oubliez cette image traditionnelle de l’étudiant que l’on veut vous coller à la peau. Vous faîtes partie d’une génération dont les codes ont changé, à commencer par la façon même d’aborder les études. Il ne faut plus se contenter de suivre un cursus de façon passive, il est nécessaire de faire des choix, de décider quel stage suivre, quelle option prendre, vers quel master s’orienter. Les étudiants que vous êtes sont acteurs de leurs parcours, voir stratèges. Il se renseignent, réfléchissent, apprennent à se connaître, ce qui les obligent à être curieux, informés et proactifs.

« Vous contribuez à la prospérité de la société »

Une fois votre diplôme en poche, vous allez vous insérer dans une société qui vous attend avec impatience ! Vous allez être propulsés dans un monde qui vous déclarera sa flamme pour ce que vous représentez : Capacité d’analyse, esprit de synthèse, organisation de la pensée, clarté de l’exposé, capacité à s’interroger… telles sont les caractéristiques que vos années d’études vous ont permis d’acquérir et qui font de vous l’avenir de tous.

Ces caractéristiques, vous les avez acquises en partie sur les bancs de la fac, certes, mais pas que ! Elles font intrinsèquement partie de votre statut d’étudiant ! Et c’est cela même dont vous devez être fiers et que vous devez cultiver, car ce sont les ressources que vous développez aujourd’hui qui feront de vous les acteurs de demain.
Ne culpabilisez plus d’être jeune ! Exploitez-le.

« La crème de la crème »

Gérer votre association étudiante fera de vous un manageur recherché ; arpenter les OB fera de votre réseau un atout puissant et précieux ; développer des discours impactants pour sortir du lot fera de vous un commercial unique ; organiser les événements de votre école fera de vous un as de la logistique ; passer votre semaine de révision à calculer les notes minimales à avoir aux différents partiels afin de définir sur lequel vous pouvez faire l’impasse, fera de vous un stratège redoutable ; parlementer avec l’administration fera de vous un négociant hors pair ; lancer les hymnes de votre école en plein milieu de la Cafet’ fera de vous un meneur d’Hommes ; alimenter votre répertoire d’excuses matinales vous permettra de booster votre créativité ; se débrouiller avec un budget serré vous permettra sans doute de redoubler d’inventivité et d’élaborer un argumentaire de choc pour votre future levée de fonds ! Alors ne négligez pas cet aspect de votre vie étudiante qui représente toute la puissance de l’impact que vous pouvez avoir sur la société.

Quoi qu’on puisse vous dire, quoi qu’on puisse vous reprocher, n’ayez pas peur d’être étudiants car l’avenir vous appartient. Il sera ce que vous en ferez, et c’est à vous d’en décider, aujourd’hui. Encore des doutes ? Ecoutez l’interview de Jean-Michel Blanquer, directeur de l’Essec qui révèle ici tout le potentiel de votre jeunesse.

Cultivez votre authenticité !